Dissolution de l’Association THOT depuis le 9 janvier 2015 Publication de la synthèse des cours
Année en cours (2011-2012) | Compte-Rendus visites passées


Visite des expositions Bonaparte et l'Egypte et Les portes du Ciel à Paris (22/03/2009)

C’est une sortie un peu inhabituelle que présentait l’Association Thot ce jour-là. En effet, pas de départ à l’aube, pas de car, pas d’horaire à respecter (sauf un !)… et pas de guide patenté non plus ! Mais une grande liberté d’action, un petit groupe (13 personnes !!) et deux expositions dans la journée , tranquillement visitées et appréciées.

Bonaparte et l'Egypte


La première, qui s’était fait désirer puisque le voyage organisé en janvier avait été annulé faute de participants, nous a permis de visiter : « BONAPARTE ET L’EGYPTE - Feu et lumières » à l’Institut du Monde Arabe. C’est certain que les grands passionnés de l’Egypte ancienne n’ont pas trouvé grand-chose à se mettre « sous la dent » ( ?) ou plutôt sous l’œil, et que d’aucuns ont trouvé qu’ils avaient déjà vu beaucoup de choses semblables à l’exposition « Egyptomania » en 1994 au Louvre, mais bon foin de fine bouche et goûtons notre plaisir. Une exposition très soignée : présentée de manière agréable, claire. Des objets de toute beauté : meuble à coran, tapis, pipes, moucharabieh en bois, fenêtre en stuc, instruments de musique… le raffinement de la civilisation musulmane côtoie une croix copte, une icône, un évangéliaire à couverture d’argent. Plus loin les selles arabes, les costumes des spahis… Et puis Bonaparte , dans toute sa gloire insolente. J’avoue avoir passé rapidement les épisodes guerriers… pour contempler les planches délicatement dessinées d’oiseaux aux plumes multicolores, de fleurs rares. Le meuble contenant les énormes volumes de la Description de l’Egypte annonce sièges, commodes, chandeliers pour le moins kitschissimes… et appréciés de diverse façon !! La salle des objets antiques retient toute notre attention : moulage de la Pierre de Rosette, quelques ouschebtis ramenés subrepticement d’Egypte, un visage de Nout à la sérénité pleine de grâce, et surtout l’énorme poing en granit rose d’un colosse disparu. Un immense tissu mural tapisse l’arrondi de la salle d’exposition : la page se tourne. Des tableaux représentatifs du courant orientaliste s’offrent à nous : peinture grandiose destinée à être montrée dans toutes les villes de France , petits tableaux intimistes et les deux incontournables du peintre Gérôme : Bonaparte seul devant le Sphinx ou dominant la ville du Caire. Enfin sont abordés les rôles déterminants de Méhemet Ali, des saints-simonistes, de Mariette… Quelques anciens clichés terminent l’exposition… le temps de se dire que la rénovation et la conservation des monuments d’Egypte s’imposaient !!

Les portes du Ciel


Vite fait, bien fait, un sandwich au coin de la rue et en route pour le Louvre, « Les Portes du Ciel ». Malgré des sourires et autres divers moyens de persuasion, je n’arrive pas à obtenir le droit de parole à Daniel… il parlera en douce…mais pourra néanmoins donner des explications très complètes. Et c’est parti ! Et il faudrait des pages entières pour décrire tous les objets qui mériteraient de l’être. Feuilletant le catalogue pour refixer des images, je m’arrête sur le sarcophage de la Dame Tanehetep, sur les fausses portes, sur la Stèle de la Dame Taperet et sur la statue de Henat au corps lisse et pur comme un moine boudhiste. Les spécialistes apprécient le nombre d’objets, surtout que beaucoup sortant des réserves n’ont pas l’heur d’être vus couramment : ainsi la stèle de Bak, sculpteur d’Akhenaton ou la statue de Séthy II. Pourra-t’on néanmoins regretter deux choses : la scénogaphie de cette exposition bien tristounette avec ses rangées de vitrines fort sages et une absence de couleur et de chaleur dommageable ( une stèle blanche se découpant sur un mur blanc …) ainsi que l’absence de notices explicatives plus complètes pour chacun des objets afin d’éclairer le non-initié d’une lumière solaire qui fait cruellement défaut.

Les portes se sont refermées. Bisous, poignées de main. Un verre à la terrasse. Le bleu du ciel retrouvé après le brouillard du matin et des mouettes au-dessus du Louvre en longs cercles piaillards… Dernière vision avant de replonger vers métro, train, dodo, boulot…

Michèle BENOIT


Partenaire avec egyptien-toutankhamon, Egypte Ancienne, Passion Egypte et Egypte.