Dissolution de l’Association THOT depuis le 9 janvier 2015 Publication de la synthèse des cours
Année en cours (2011-2012) | Compte-Rendus visites passées


Les galerie du Louvre à Paris (11/12/05)



C'est par un froid glacial ce dimanche 11 Décembre qu'une vingtaine de membres de l'association Thot " embarquent " pour un voyage de quatre heures, destination "le Louvre".

Après une brève visite de la capitale le long des quais de Seine, nous arrivons au Louvre.

Daniel Benoit nous a concocté un plan des trente salles du Département des Antiquités Egyptiennes.

L'exposition s'organise suivant un double circuit : au rez-de -chaussée sont évoqués les nombreux aspects de la vie quotidienne égyptienne classés par thèmes : les différents modèles de bateaux , les travaux des champs, l'élevage, la chasse, la pêche, l'alimentation, la maison, le mobilier, les bijoux, les vêtements, etc.

A l'étage, le visiteur est convié à parcourir l'histoire de l'art égyptien dans l'ordre chronologique.

Comment décrire un tel enchantement ? la première salle est occupée par un sphinx de près de 4 mètres de long, en granit rose venant du site de Tanis. On ignore le nom du pharaon qu'il représente. C'est l'une des pièces les plus monumentales du Louvre. Nous en découvrirons d'autres au cours de notre visite.

Les 19 salles qui se succèdent offrent au regard des visiteurs des vitrines remplies d'objets se rapportant au thème abordé, avec parfois une mise en scène (reconstitution d'une boutique, intérieur d'une maison, etc...) qui facilite la compréhension du sujet tout en éveillant la curiosité. Il faudrait un livre entier pour décrire l'ensemble de ces objets.

Le circuit chronologique est un panorama complet de l'art égyptien sur une période de 3000 ans. La présentation offre d'emblée un contact avec les oeuvres majeures disposées au centre de chaque salle.

Parmi les trésors du Louvre, notons surtout "le scribe accroupi" fétiche du Louvre, aussi célèbre que la Joconde, pour l'expression de son visage, la tension de ses muscles, l'acuité de son regard ! Cette pièce exceptionnelle vient de Saqqara.


Une magnifique statuette en grès, haute de 29 cm - peut-être une effigie de Néfertiti - est une des pièces les plus troublantes de la collection par sa sensualité et sa grâce.


La monumentale statue d'Akhénaton est aussi une pièce impressionnante.

Mais lorsque le visiteur débouche sur une double rangée de sarcophages, debout, rassemblés dans des vitrines, l'effet est saisissant.

Champollion, le premier conservateur des Antiquités Egyptiennes du Louvre ne renierait pas cette magnifique présentation.

Il faut noter aussi la présentation des objets habilement disposés, en osmose avec les lieux : escalier menant à une chapelle, statue monumentale (Akhénaton) placée au centre d'une salle ouverte sur d'autres, signifiant peut-être que le roi représentait le centre du monde. Qui levait un peu les yeux pouvait remarquer les magnifiques peintures des plafonds et de certains murs, les dorures des portes etc...

La magnificence de ce vaste musée récemment restauré ne se borne pas aux objets et tableaux exposés. Bref, la visite s'imposait.


Une salle monumentale


Un détail du plafond

Textes et photos Colette Lind-Bronner


Partenaire avec egyptien-toutankhamon, Egypte Ancienne, Passion Egypte et Egypte.