Dissolution de l’Association THOT depuis le 9 janvier 2015 Publication de la synthèse des cours
Année en cours (2011-2012) | Compte-Rendus visites passées


Visite de l'exposition La Caravane du Caire à Liège (19/11/2006)

Ce matin-là, les amis de Thot embarquaient à bord du car grand luxe de C2V5 sous une pluie tenace. Qu'importe ! Ils partaient vers le soleil d'Egypte.

La caravane nous attendait au Musée de l'Art Wallon. Sa destination : la découverte de l'Egypte ancienne au fil des ans depuis le XVI ème siècle, à travers les collections de musées belges et étrangers et quelques collections privées.

Après un court passage par un souk coloré et animé, nous progressons dans les paysages désertiques et les scènes d'ambiance reproduits par quelques peintres touchés par l'égyptomanie. Nous remontons les siècles jusqu'à l'origine de cette fascination pour l'Egypte ancienne : la Renaissance, avec sa découverte de signes étranges et son besoin de créer des néo-hiéroglyphes, le XVII ème siècle avec le copte, l'expédition de Bonaparte à la fin du XVIII ème et le remarquable travail de relevés de ses 167 savants, l'Opéra - ballet de Gréty en 1784, dont le manuscrit figure dans une vitrine. Les manifestations les plus récentes de cet engouement se retrouvent dans les symboles francs-maçons ou dans les cendriers et autres gadgets qui ont fait fureur au siècle dernier.

Les pauses successives de notre caravane ne sont pas suffisantes pour lever le mystère encore celé par certains des objets exposés : amulettes, statues et statuettes, vases, stèles et tables d'offrandes, mobilier funéraire et chouabtis, momies d'animaux. Le "clou" de l'exposition, où nous nous arrêtons plus longuement : momies humaines et sarcophages. Leurs peintures et inscriptions apparaissent "comme neuves". Et pour cause : ce sont des faux, ou plutôt des vrais-faux ! des aménagements du XIX ème siècle sur des objets d'époque ! Si l'oeil est satisfait, l'esprit reste troublé.


Tout au long de notre cheminement, notre charmante jeune guide, aimable et compétente, attire notre attention sur les divers collectionneurs privés du XIX ème siècle qui ont permis cette présentation d'objets jamais exposés auparavant. Si leur provenance ne peut pas toujours être précisée, du moins pouvons-nous imaginer avec émotion qu'un savant de Bonaparte ou un grognard anonyme a tenu ce fragile chouabti dans ses mains rugueuses, en pensant à son retour au pays. Et cette touchante momie de l'image de Bastet ? Par quelles voies sont-ils arrivés jusqu'à nous, dans ce Musée de Namur, pour y rejoindre leurs semblables aux aventures non moins obscures ?

Mystères de l'Egypte, magie de la Caravane et Rê omniprésent … Ce fut une belle journée.

Colette Rozoy








Partenaire avec egyptien-toutankhamon, Egypte Ancienne, Passion Egypte et Egypte.